Fait À Haute Teneur En Fructose De Sirop De Maïs Rendre Les Gens Plus Faim?

    Fait À Haute Teneur En Fructose De Sirop De Maïs Rendre Les Gens Plus Faim?

    Le Fructose — un type de sucre qui se trouve dans une grande variété d’aliments et de boissons — peut encourager la suralimentation, la nouvelle suggère.

    Le Fructose peut-être mieux connu pour les consommateurs sous la forme de haute teneur en fructose de sirop de maïs, qui a longtemps été ajoutés aux aliments fabriqués à partir de sodas aux cookies.

    Distincte de sucre appelé (produit par la désintégration naturelle de glucides complexes), le fructose est également un « simple » de sucre et un composant naturel du fruit.

    Toutefois, « dans une série d’études, nous avons constaté que par rapport au glucose, le sucre simple, fructose, est l’un des plus faibles de suppresseur de du cerveau qui aident à contrôler l’appétit et de la motivation à manger », a déclaré étude co-auteur, le Dr Kathleen Page, un professeur adjoint de clinique à la Keck School of Medicine de l’Université de Californie du Sud à Los Angeles.

    En d’autres termes, les gens sont plus susceptibles de rester la sensation de faim un repas, avec beaucoup de fructose par rapport à un avec beaucoup de glucose.

    Des recherches antérieures ont indiqué que, en comparaison avec la consommation de glucose, l’ingestion de fructose étincelles une petite libération d’hormones comme l’insuline, qui donnent lieu à un sentiment de satiété, selon des informations de fond à l’étude. Des enquêtes récentes ont également suggéré que seulement le glucose, pas le fructose, la restriction de la faim par le ralentissement de l’activité dans une région spécifique du cerveau (l’), les chercheurs ont dit.

    La petite, une nouvelle étude s’appuie sur deux constats.

    Plus des deux tiers des adultes Américains sont en surpoids ou obèses, ce qui les met à risque de cardiaque, de diabète de type 2 et de certains cancers. De nombreux experts estiment que les changements dans les états-UNIS de la production alimentaire, y compris l’utilisation généralisée de la haute teneur en fructose de sirop de maïs, sont à blâmer.

    Pour l’effort actuel, les chercheurs ont enrôlé 24 hommes et des femmes âgés de 16 à 25 ans à participer à un exercice de la faim.

    Tous les participants ont été invités à boire un breuvage sucré avec du glucose ou le fructose. Puis, ils ont demandé à voir des images de divers aliments (y compris, par exemple, gâteau au chocolat) et indiquer le degré auquel ils ont ressenti la faim. L’exercice a eu lieu alors que chacun était accroché à une imagerie par résonance magnétique (irmf) scanner afin de suivre en temps réel l’activité cérébrale dans une « récompense » centre du cerveau connue comme le noyau accumbens.

    La faim était plus élevé chez les personnes qui avaient consommé le fructose boire, les auteurs ont constaté. Dans le même temps, le fructose mélange provoqué une plus grande activité dans le cerveau ciblées région, qui s’est traduit par un plus grand désir de manger.

    Néanmoins, la Page a souligné que les résultats actuels sont des « préliminaires. » Plus de travail est nécessaire avant que des conclusions peuvent être tirées sur la façon d’édulcorants dans la fabrication de produits alimentaires d’influencer réellement la faim et le risque global de l’obésité, dit-elle.

    Par exemple, « il est important de noter que le fructose et le glucose sont trouvés dans presque quantités égales dans les deux à haute teneur en fructose de sirop de maïs et le sucre de table, » a dit Page. « Nous ne savons pas encore si le cerveau réagit différemment à haute teneur en fructose de sirop de maïs par rapport au glucose ou de saccharose [sucre de table]. »

    Et une association professionnelle qui représente le maïs industrie du raffinage aux États-unis a répondu que l’étude ne reflète pas la vie réelle de la consommation.

    « Les sujets dans cette étude ont reçu de grandes quantités de pur fructose et le glucose pur séparément, ce qui ne se produit presque jamais en dehors d’un laboratoire, » l’Association des Raffineurs de Maïs a déclaré dans un communiqué. « Tandis que ceux qui ont reçu pur fructose peut-être réagi comme si ils étaient moins saturé, ces conditions d’étude ne correspond pas à celui d’un cadre naturel dans lequel les personnes sont généralement de consommer des quantités à peu près égales de glucose en combinaison à la fois. »

    Mais Lona Sandon, une diététiste et professeur adjoint de nutrition clinique à l’Université du Texas Southwestern Medical Center à Dallas, a déclaré les résultats de l’étude sont cohérents avec ceux d’autres recherches.

    « Nous avons connu pendant un certain temps que l’insuline en au glucose dans le sang est une réaction normale à des signaux au cerveau et au corps que la quantité de calories ont été consommés, » Sandon dit. « Fructose ne déclenchent pas la même de l’insuline. »

    L’interaction entre le glucose et l’insuline est probablement une partie importante du poids de la réglementation, at-elle ajouté.

    La ligne du bas, dit Sandon, c’est que les ajoutés n’apportent pas de valeur nutritive des aliments. Ses conseils? « Entiers, riches en éléments nutritifs des aliments de grains entiers et la plupart du temps. »

    La nouvelle étude est prévue pour la présentation mercredi à Phoenix lors de la réunion annuelle de l’American College of Neuropsychopharmacology. Toutefois, les données et les conclusions, publiées dans les réunions sont généralement considérés comme préliminaires jusqu’à ce que publié dans des revues médicales.

    Pour en savoir plus sur les édulcorants, visitez la US National Library of Medicine.

    Spread the love

    Vous aimerez aussi...